fbpx

Investir dans l’immobilier à crédit est-il toujours d’actualité ?

Ces dernières semaines, les banques centrales (BCE et Fed en tête) ont réalisées un nouveau coup de rabot sur les taux directeurs déjà très faibles. Cette politique est dite « accommodante ». En effet, elle a pour objectif de stimuler la croissance et l’inflation. Mais la baisse des taux d’intérêts a surtout un effet direct sur le marché immobilier.

Investir dans l’immobilier à crédit : des taux historiquement bas grâce aux banques centrales toujours plus généreuses

Face à la menace de récession et en réaction à une économie moins florissante qu’attendue, les banques centrales ont pris une décision. Effectivement, en septembre, elles ont à nouveau baissé leurs taux directeurs ainsi que leurs taux de dépôt. C’est le cas notamment de la Banque Centrale Européenne (BCE). Pour rappel, les taux directeurs conditionnent les taux interbancaires, à savoir le taux auquel les banques se prêtent entre elles. Les taux de dépôt, quant à eux, font référence aux intérêts perçus par les banques pour les liquidités placées à la banque centrale.

Par ailleurs, en France, les Obligations assimilables du Trésor (OAT) à 10 ans sont en territoire négatif depuis juin 2019. Les emprunts d’État à 15 ans le sont également depuis septembre 2019.

Les banques ne peuvent donc se prêter de l’argent entre elles qu’à des taux dérisoires. De même, les taux de dépôt négatifs signifient que cela leur coûte de placer leur argent à la banque centrale. Au lieu d’être rémunérées, elles doivent donc payer pour ce service. Ainsi, plutôt que de placer ces liquidités à taux négatifs, les banques préfèrent prêter aux particuliers, même à des taux très faibles.

Du coup, cette situation bénéficie à plein au marché immobilier. En effet, l’OAT 10 ans qui affiche un taux d’intérêt négatif depuis quelques mois déjà sert aussi de référence pour la détermination des taux de crédits immobiliers aux particuliers. En outre, les banques préfèrent également destiner leurs liquidités au crédit immobilier, notamment en France, car le taux de défaut est le plus faible d’Europe. En effet, les emprunteurs ne peuvent plus faire face à leurs mensualités que dans seulement 0,1 % des dossiers. Mais encore dans ce cas, il suffit à la banque de mettre le bien en vente pour récupérer les sommes dues. In fine, le crédit immobilier constitue une alternative intéressante pour les établissements bancaires.

Des taux de crédit immobilier inférieurs à l’inflation : une véritable opportunité pour le particulier

Ainsi, la conséquence directe de la politique accommodante des banques centrales est une baisse des taux pour les crédits immobiliers aux particuliers. Nombreux sont ceux alors qui sont passés sous la barre symbolique des 1%. Les plus fortes baisses concernent les emprunts sur 20 ans, désormais à 1,27 % en moyenne. Quant aux meilleurs dossiers, leurs taux avoisinent les 0,56% sur 15 ans, 0,68% sur 20 ans, 0,85% sur 25 ans.

Les taux des prêts immobiliers sont donc souvent inférieurs à l’inflation, qui devrait s’établir pour 2019 à 1,20%. Il est donc particulièrement intéressant pour un particulier d’avoir recours au crédit immobilier. Le particulier s’endette pour s’enrichir puisque le coût du taux est inférieur à l’inflation. C’est une notion qui n’est pas simple à appréhender mais pourtant les effets sont bien réels !

Vous souhaitez avoir des précisions ? Venez nous rencontrer à l’agence d’Ales ou nous contacter. Le rendez-vous est est gratuit !

Share This